L’histoire de Corto Maltese

Mon nom est Corto, Corto Maltese.
Je suis né à Malte, le 10 juillet 1887, c’est du moins ce que l’on me dit.
 De ma première enfance, je me rappelle un drapeau couvert de croix et une barbe rousse, celle de mon père. Ma mère? Une gitane de Séville. Elle était si belle que le peintre Ingres s’en est épris follement, je ne sais pas si c’est vrai, elle ne me parlait jamais de ces choses-là.
Je me rappelle une maison très belle, avec un patio rempli de fleurs près de la mosquée de Cordoue, et je me rappelle bien le jour où une amie de ma mère m’a pris la main gauche et l’a regardé avec horreur, je n’avais pas de ligne de chance. Sans y penser à deux fois, j’ai pris un rasoir de mon père et je m’en suis tracée une moi-même, longue et profonde. Je ne crois pas avoir augmenté ma dose de chance, mais j’ai toujours été libre et c’est ce qui compte.

Mon père partait sans cesse et revenait de moins en moins. Il était originaire de Tintagel, en Cornouailles, un endroit plein de fées et de magiciens. Il affirmait être le neveu d’une sorcière de Man qui avait un chat roux, mais il disait un tas de choses quand il se perdait dans ses bouteilles.
 J’ai étudié à l’école hébraïque de La Valette et puis à Cordoue avec le rabbin Ezra Toledano, c’est lui qui m’a initié à la Torah et qui m’a raconté d’autres histoires secrètes.
 Quoi qu’il en soit, ce que je me rappelle le mieux c’est le jour où je suis parti de Malte en m’embarquant sur le Golden Vanity, un magnifique trois mâts ; depuis lors, j’ai toujours navigué de par le monde.
J’ai connu Raspoutine, Jack London et bien d’autres, j’ai appris à danser le tango à Buenos Aires, aux Antilles et au Brésil j’ai connu Esmeralda et les rites vaudou. Et puis il y a eu les Indes, la Chine, les îles des Caraïbes entre moments de paresse dans les vérandas et fusillades, et les îles du Pacifique avec Escondida, la plus étrange de toutes, parmi moines et corsaires. J’ai vu un train chargé d’or s’engloutir dans un lac glacé de Mongolie, j’ai partagé les silences du désert avec un guerrier, le vert paysage et les larmes avec une très belle fée irlandaise, j’ai cherché des joyaux et des rêves impossibles au long des canaux et sur les toits de Venise.

Je ne suis pas un héros, j’aime voyager et je n’aime pas les règles, pourtant il en est une que je respecte, celle de ne jamais trahir mes amis. 
Je suis parti à la recherche de bien des trésors sans jamais en trouver un seul, mais je continuerai sans relâche, vous pouvez y compter, toujours de l’avant…

1887

Corto Maltese naît le 10 juillet 1887 à La Valette (Malte). Son père est un marin anglais, originaire de Tintagel, en Cornouailles, sa mère est une gitane de Séville. Ses parents se sont rencontrés à Gibraltar, où sa mère était connue sous le nom de “La niña de Gibraltar ” et semble avoir été modèle pour le peintre Ingres (1780-1867)

1887-1903

Corto Maltese passe son enfance à Gibraltar, puis à Cordoue où il habite dans le quartier juif. Il fréquente l’école hébraïque de La Valette, dirigée par le rabbin Ezra Toledano (amant de sa mère quand ils étaient à Cordoue). A l’époque de la “Guerre des Boxers” (juin-août 1900) Corto se trouve en Chine.

1904

Au début de l’année, Corto s’embarque à La Valette comme marin sur le Golden Vanity et c’est le début de ses voyages. Il fait escale en Égypte, où il visite les pyramides de Gizeh. En février, il arrive à Ismaïlia puis fait escale à Aden, Mascate, Karachi, Bombay, Colombo, Madras, Rangoun, Singapour, Kowloon, Shanghai et Tien Tsin.

1904-1905

Vers la fin de l’année 1904, Corto arrive en Mandchourie, au moment de la guerre russo-japonaise (février 1904-septembre 1905). A Moukden, aujourd’hui Shenyang, il fréquente la famille Song, se lie d’amitié avec l’écrivain américain Jack London, à cette époque correspondant de guerre, et rencontre Raspoutine, un jeune déserteur d’un régiment de fusiliers sibériens. Ensemble ils arrivent à Tien Tsin, puis embarquent vers l’Afrique à la recherche des mines d’or de Dancalie. C’est durant cette période que se déroule l’histoire : « La jeunesse ».

1905-1906

A bord d’un bateau, en pleine mer de Célèbes, a lieu une mutinerie. Corto et Raspoutine, secourus par un navire marchand rejoignent Valparaiso au Chili d’où, en train, ils arrivent à Santiago et puis en Argentine en 1905. A Cholila, en Patagonie, ils rencontrent les hors-la-loi nord-américains Butch Cassidy, Sundance Kid et Etta Place.

1906-1907

Les voyages de Corto reprennent. En 1907, il se trouve à Ancône où il rencontre le révolutionnaire russe Dougachvili, alors gardien d’hôtel, devenu ensuite Staline. En 1908, il retourne en Argentine et il rencontre Jack London et le dramaturge américain Eugene O’Neill à l’Hôtel Drowning Maud.

1908-1913

En 1909, Corto est à Marseille, puis à Trieste, où il rencontre l’écrivain James Joyce. En 1910, il est officier en second sur le Bostonian qui transporte du bétail entre Boston et Liverpool. En 1911, il arrive en Tunisie, la même année il prend le bateau pour l’Argentine, mais débarque au Brésil à Salvador de Bahia, où il passe un certain temps à Itapoa. Pendant cette même période, il voyage aux Antilles, à La Nouvelle-Orléans, en Inde, et en Chine en 1913.

1913

Corto parcourt de long en large l’Indonésie et le Pacifique Sud : Surabaya (Java), les îles Samoa, les îles Tonga. Durant cette période, devenu pirate, il travaille pour un personnage mystérieux, le « Moine ». Mais le 31 octobre, l’équipage de Corto Maltese se mutine et l’abandonne au large des îles Salomon. Le jour suivant, Corto est secouru par Raspoutine, lui-même pirate et complice du « Moine ». Et c’est justement le 1er novembre 1913 que débute La ballade de la Mer Salée.

1914

Corto et Raspoutine sont dans le Pacifique, entre la Nouvelle-Guinée, l’archipel des Bismarck, l’île Escondida (169° de longitude Ouest et 19° de latitude Sud, donc à proximité de l’île de Niue).

1915

Le 19 janvier, Corto et Raspoutine quittent Escondida, mettant le cap sur l’île de Pitcairn. Fin de La ballade de la mer salée. Après Pitcairn, ils feront escale à l’île de Pâques, à l’île de Sala y Gomez, à Iquique (Chili), à Callao (Pérou), à Guayaquil (Équateur) et arrivent finalement à Panama en août.

1916

Corto Maltese et Raspoutine se séparent à Panama. Corto, accompagné par le professeur Jeremiah Steiner, de l’Université de Prague et par le jeune Tristan Bantam, connaît, au cours des années 1916-17, toute une série d’aventures en Amérique Latine, réunies dans les albums Sous le signe du Capricorne et Corto toujours un peu plus loin. Tout commence à Paramaribo (Guyane Hollandaise, aujourd’hui Surinam) avec Le secret de Tristan Bantam, puis se poursuit à Saint-Laurent-du-Maroni (Guyane Française) et Salvador de Bahia (Brésil) dans l’histoire Rendez-vous à Bahia, ensuite dans le sertão brésilien avec Samba avec Tir Fixe, où il rencontre pour la première fois la magicienne Bouche Dorée, et enfin sur l’île de Marajo, dans le delta de l’Amazone avec L’Aigle du Brésil.

1917

C’est l’année la plus intense : sept épisodes qui se déroulent en Amérique Latine (la fin de Sous le signe du Capricorne et Corto toujours un peu plus loin), puis quatre histoires en Europe (Les Celtiques), pour Corto Maltese une aventure par mois en moyenne, de février à décembre.

Les 11 épisodes de 1917

  • …et nous reparlerons de gentilshommes de fortune, où Corto retrouve Raspoutine aux Antilles, à Saint Kitts.
  • A cause d’une mouette, qui se déroule au Honduras britannique (aujourd’hui le Belize).
  • Têtes et champignons, (premier chapitre de Corto toujours un peu plus loin) situé à Maracaibo, Venezuela.
  • La Conga des bananes, situé au Honduras, où l’on fait la connaissance de Venexiana Stevenson et d’Esmeralda que Corto a connue à Buenos Aires quand elle était enfant; la mère d’Esmeralda, « Parda Flora » aimait Corto.

  • Vaudou pour Monsieur le Président, qui se déroule à La Barbade (Antilles) puis sur l’île de Port-Ducal, introuvable sur les cartes mais que Pratt situe au sud-ouest de la Guadeloupe.
  • La lagune des beaux songes, dans le delta de l’Orénoque.
  • Fables et Grands-pères, dans la forêt amazonienne du Pérou

  • L’ange à la fenêtre d’Orient, premier chapitre de l’histoire Les Celtiques, qui se déroule entièrement à Venise.

  • Sous le drapeau de l’argent, que l’on peut dater en octobre (après la bataille de Caporetto du 24 octobre 1917). Corto y rencontre Ernest Hemingway qui travaillait comme conducteur d’ambulance. L’histoire se déroule en mer Adriatique puis à Ulcinj au Monténégro.
  • Concert en O mineur pour harpe et nitroglycérine, à Dublin, en Irlande.
  • Songe d’un matin d’hiver, l’histoire se déroule en Angleterre (à Stonehenge et peut-être à Tintagel), aux alentours du solstice d’hiver, le 21 décembre, clin d’œil au Songe d’une nuit d’été de Shakespeare qui a lieu le 24 juin, jour de la Saint-Jean, où l’on fête le solstice d’été.

1918

Au printemps, Corto Maltese est en France. En effet, les deux derniers chapitres de Les CeltiquesCôtes de Nuits et Roses de Picardie se déroulent les 20 et 21 avril dans la Somme, entre Corby et Bray (Corto assiste ici à la mort du Baron Rouge qui n’est autre que l’As de l’aviation allemande Manfred von Richthofen, abattu à Vaux-sur-Somme). En revanche, Burlesque entre Zuydcoote et Bray-Dunes, se déroule sur les plages de la mer du Nord.
history18Un mois plus tard, Corto se retrouve à Turban (al-Turba ?) au Yémen (Au nom d’Allah le miséricordieux) où il rencontre Cush. Cet épisode est le premier chapitre de l’histoire Les Éthiopiques. En septembre, Corto se trouve en Somalie britannique (Le coup de grâce se déroule sur une seule journée, le 13 septembre), puis il se rend en Éthiopie (Et d’autres Roméos et d’autres Juliettes), et enfin en Afrique orientale allemande (aujourd’hui la Tanzanie): ce dernier épisode, Les hommes-léopards du Rufiji, est daté du mois d’octobre 1918.
Le 11 novembre, Corto se trouve à Hong Kong où il possède une maison (mais son domicile légal est à Antigua, aux Antilles) ; c’est là qu’il apprend que la guerre est finie et qu’il retrouve Raspoutine: c’est ainsi que commence Corto Maltese en Sibérie.

1919

Corto est à Shanghai, puis aux confins de la Mandchourie, de la Mongolie et de la Sibérie, dans la région de la ville de Manzhouli.

1920

Entre la région de Mandchourie et le Lac Dalai Nuur (ou Hulun), Corto est blessé dans une action visant à détruire le train blindé du général Tchang (février). Il n’en réussit pas moins à rejoindre Hong Kong via Hailar (Mongolie Intérieure) puis Harbin, en Chine. Il arrive à Hong Kong au cours de la première quinzaine de mars et, peu après, le 15 de ce même mois, il repart pour la province chinoise du Jiangxi (ou Xian Jiang) où, en avril 1920, se termine Corto Maltese en Sibérie.

1921

Corto est à Venise. L’histoire Fable de Venise se déroule du 9 au 25 avril. En automne, Corto part pour Rhodes où commence l’épisode La Maison dorée de Samarkand.

1921-1922

history20Pendant environ un an, Corto Maltese part à la recherche du trésor d’Alexandre le Grand (qu’il réussira seulement à entrevoir) et de Raspoutine (qu’en revanche il parviendra à retrouver). Parti de Rhodes, il arrive à Adana (Turquie) en décembre, traverse le pays jusqu’à Van, passe en Azerbaïdjan, atteint la Mer Caspienne (traversée en bateau de Bakou à Krasnovodsk), puis arrive dans l’émirat de Boukhara, où il retrouve Raspoutine tout juste sorti d’une prison appelée « la maison dorée de Samarkand », près de Baldjouan, au sud-est de Douchanbé (l’actuelle capitale du Tadjikistan). Là, Corto et Raspoutine sont témoins de la mort du général Enver Pacha (4 août 1922). Ils vont ensuite dans le Kafiristan (région de l’Afghanistan, aujourd’hui appelée Nuristan). La Maison dorée de Samarkand se termine le 6 septembre 1922, quand Corto et Raspoutine franchissent la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan (qui faisait partie à l’époque de l’Empire des Indes).
.

1923

Début juin, après 15 ans, Corto Maltese retourne en Argentine, il y arrive à bord du paquebot Le Malte de la compagnie des Transitaires Réunis, qui reliait Hambourg et Buenos Aires. C’est le 13 juin que commence Tango, qui s’achève dans la nuit du 20 juin.

1924

Corto visite tous les cantons suisses. Dans Les Helvétiques, après une retraite dans le petit village de Savuit-sur-Lutry (Canton de Vaud), Corto et le professeur Steiner iront, au cours de l’automne, à Montagnola (Canton du Tessin) chez l’écrivain Hermann Hesse. Corto se rendra ensuite à Zurich avec l’artiste-peintre Tamara de Lempicka.

1924-1925

A Tarifa (pointe à l’extrême Sud de l’Espagne), Corto et Raspoutine reçoivent du Venezuela un télégramme de leur ami Levi Colombia qui les invite à faire une croisière dans les Caraïbes à la recherche de l’Atlantide. C’est ainsi que commence l’histoire de .

1925-1936

On ne sait pas grand-chose de la vie de Corto Maltese au cours de cette période. On sait qu’en décembre 1928 et en janvier 1929 il se trouve à Harar (la ville éthiopienne où vécut Rimbaud) en compagnie du romancier Henry de Montfreid et du paléontologue et théologien Teilhard de Chardin.

1936

En juillet 1936, commence la guerre civile espagnole qui s’achèvera en mai 1939. Corto s’enrôle dans les Brigades internationales et combat aux côtés de John Cornford (fils de la poétesse anglaise Frances Croft Cornford, et arrière-petit-fils de Darwin). Puis on perd toute trace de Corto.
Dans Les scorpions du désert, Cush dit, en janvier 1941, à propos de Corto Maltese : « Il semble avoir disparu pendant la guerre d’Espagne » ; on apprend ainsi que Corto a envoyé à Cush depuis l’Espagne un faucon, Al-Andaluz.

Disparu après 1936, après la « dernière aventure romantique », la guerre civile espagnole? Cela se pourrait, mais il y aurait une lettre, écrite par Pandora, où l’on apprend que Corto et Tarao, qui ont désormais un certain âge, sont allés vivre chez cette dernière et que ses enfants les considèrent comme des « oncles »…